Archives de Tag: médailles

Histoire de médaille

Les Russes ont vu les choses en grand, en très grand pour ces Jeux Olympiques d’hiver. D’abord, il y a eu le parcours de la flamme olympique : 65 000 kilomètres parcourus, un voyage dans l’espace, une plongée dans le lac Baïkal et l’ascension du Mont Elbrouz (5 642 mètres d’altitude). Et puis ensuite, il y a eu les médailles. Pourquoi se contenter de faire des médailles banales alors que l’on pouvait faire mieux, plus original ?!

Les organisateurs ont annoncés que 7, des 98 médailles d’or décernées pendant les Jeux Olympiques de Sotchi, seraient ornées de morceaux de météorites. Parmi les chanceux, les gagnants des épreuves suivantes : ski alpin (super géant femmes), ski de fond (le relais féminin), le saut à ski (le K-125 hommes), le skeleton (épreuve masculine), l’épreuve de vitesse de patinage (le 1 500 mètres hommes) et le short track (les épreuves du 1 000 mètres femmes ainsi que le 1 500 mètres hommes).

Toutes ces épreuves auront lieu le 15 février. Une démarche symbolique pour l’état puisque cette journée marquera la date anniversaire de la pluie de météorites qui avait frappé la ville de Chelyabinsk, le 15 février dernier. L’évènement avait marqué les populations russes faisant 1 600 blessées et des dégâts estimés à plus de 25 millions d’euros.

Dans un communiqué, le responsable du ministère de la culture de cette région, Alexeï Betekhtine, a expliqué : « nos récompenses seront décernées à tous les athlètes qui auront remporté l’or ce jour-là, puisqu’une météorite, de même que les Jeux Olympiques, est un événement mondial ».

Les champions olympiques, sacrés le 15 février, auront une histoire de plus à ajouter à leur médaille !

Méryll Boulangeat

Publicité
Tagué , , , , , , , , ,

Les soeurs dorées

J’aime bien les belles histoires. Et finalement, je crois ne pas être la seule. C’est pour ça qu’aujourd’hui, j’ai envie de vous conter l’histoire des sœurs Dufour-Lapointe. Elles sont canadiennes, belles, jeunes, souriantes, et un peu casse cou. Elles sont trois : Justine (19 ans), Chloé (22 ans) et Maxime (24 ans). Si je vous parle d’elles, c’est qu’hier, elles ont marqué les esprits. La plus jeune est devenue Championne Olympique de ski de bosses alors que la seconde, son aînée dans la vie, était sa dauphine. Maxime, la première de la fratrie à avoir vu le jour, a regardé le podium depuis l’aire d’arrivée, après avoir pris la douzième place de l’épreuve.

Il faut remonter en 1960 à Squaw Valley, aux Etats-Unis, pour retrouver trois sœurs prendre le départ des mêmes Jeux Olympiques. Les sœurs Leduc (Thérèse, Anne-Marie et Marguerite) représentaient le ski français mais aucune d’entre elle n’a réussi à se hisser sur la plus haute marche du podium. Ces histoires de sœurs font battre mon cœur car j’ai aussi deux sœurs (Mégane et Alizée) qui faisaient…des bosses !

Revenons à nos trois canadiennes. Deux blondes, une brune, trois caractères : selon leur grand-mère, Gabrielle, et leur grande tante, Simone (qui se sont confiées au site canadien La presse) , Justine, la jeune Championne Olympique, serait la plus bavarde. Maxime, l’aînée, celle qui concocte les meilleurs petits plats et Chloé, la médaillée argentée, la plus stylée ! Mais une fois sur la piste, ces trois là ne pensent plus qu’à une chose : être les meilleures.

Rivales sur la piste, elles sont inséparables dans la vie. L’esprit de famille prédomine chez les Dufour-Lapointe. Même compte Facebook, même compte Twitter : elles sont indissociables. Leur maman est petit à petit devenue leur agent. Ma sœur, Alizée, Championne du Monde junior de bosse en 2006 et présente sur les coupes du monde pendant sept ans, les a côtoyées sur les compétitions. Elle les a vu arriver au compte goutte sur le circuit : « Maxime est arrivée en premier. Puis il y a eu Chloé qui a tout de suite fait de bons résultats et puis Justine pour finir. Au début, elles s’entrainaient seules avec un coach personnel. Petit à petit, elles ont rejoint l’équipe du Canada mais toujours un peu en marge des autres. C’était un peu comme un groupe dans le groupe. Le groupe des Dufour-Lapointe. Je crois d’ailleurs qu’elles veulent lancer leur propre marque ».  Avec une médaille d’or et une médaille d’argent olympique en poche, tout porte à croire que leur future marque « SDL » (Sœurs Dufour-Lapointe) se prédestine à un avenir doré.

Méryll Boulangeat

Tagué , , , , , , , , , ,